BAIA SUBMERGÉE

Située à quelques kilomètres de Naples, Baia et la côte des Campi Flegrei, représent un example unique de transformation du territoire, l'aménagement actuel de la zone est très différent de l'ancienne conformation du paysage à cause de l'effondrement et la conséquent sommersion de toute la côte.

Le causes de cette transformation doivent être recherchées dans la nature volcanique du sousol. L'étymologie même du mot flegreo (du grec ardant) met en évidence l'intense activité volcanique qui caractérise la zone et qui se manifeste à travers le bradyséisme, les suorces thermominerales et les fumerolles volcaniques.

En époque romaine, l'anse de Baia était occupée par un lac (Baianus Lacus) cimmunicant avec la mer grâce à un canal artificiel très édifié, au long duquel se trouvaient villas luxueuses douées de points d'abordage et viviers.
Baia fut un célèbres site de vacance, préféré par l'aristocratie romaine pour son climat, la béuté de son paysage, mais surtout pour la richesse d'eaux thermales bénéfiques.

La haute société, la richesse, le luxe et le charme du lieu créerent un dangereux mélange de occasions de divertissement et de rencontres mais selon les moralistes de l'époque une dangereuse invitation à la relaxation eccesive des coutumes et de la morale.

Les Scipioni, Caio Mario, Giulio Cesare, Marco Tullio Cicerone, Pompeo Magno, Marco Antonio, Licinio Crasso furent entre les plus éminants prpprietaries de villas.

Ensuite les empereurs mêmes construirent ici un palais royale où Augusto. Tiberio, Claudio, Caligola, Nerone, Adriano, Alessandro Severo y séjournèrent. Malheureusement Baia fut aussi le théatre de délits et intrigues politiques. Le plus célèbre fut l'assassinat de Agrippina, mère de Nerone, commandé par de son fils même.

Le lent et inésorable effondrement de la côte détermina l'abandon de ces splendides demeures et permit au même  temps qu'elles puissent arriver jusqu'à nos jours en conservant l'ancien splendeur. Il est encore possible d'admirer sur les fonds de la mer des Campi Flegrei les ruines de ces belles maisons, les magnifiques mosaïques polychromes, les murs peints à la fresque, les thermes et ancore les rues, les ponts; tout ce qui faisait partie de ce riche mais malchanceux territoire.

Aujourd'hui la creation du Parco Archeologico Flegreo di Baia Sommersa, un véritable musée, permet de visiter, valoriser et conserver ce que la mer a inexorablement recouvert il y a deux milles ans.

LA VILLE SUBMERGÉE

Sur le fonds marins du Parc archéologique se trouve, entre les plusieurs ensembles encore en phase d'étude, deux ensembles archéologiques de grande beauté: la Villa des Pisoni et la soi-disante villa de Protiro.

Grâce à la découverte d'une fistula aquaria (l'équivalent d'une moderne tuyauterie d'eau) et du nom du commissionaire de l'oeuvre, on a pu attibuer avec sureté une des deux villas aux gens des Pisoni. Il s'agit d'un cas très rare et donc très important. Encore grâce aux anciennes écritures, nous connaissont le nom d'un autre membre de cette famille qui vécu pendant la moitié du I siècle A.C., Caio Calpurnio Pisone, fameux pour avoir prémédité une conjuration dans sa villa de Baia contre Nerone.

Le complot fut découvert et Lucio Calpurnio Pisone se suicida pour éviter la vengeance de lemepreur. La villa fut à ce moment là expropriée et devint une possession impériale.

Les ruines imposantes qui se trouvent aujourd'hui sur le fond de la mer furent objet d'une restructuration importante au II siècle A.C. pendant le règne de l'empereur Adriano.

Un vaste jardin entouré par portiques et aouloirs articulées en niches décorées avec des semi-colonnes qui créerent encore avec effets scénographiques suggestifs sont part de ce qui a été et documenté aujourd'hui.

Antour du jardin on a retrouvé un ensemble thermale d'un côté et des strictures de service de l'autre qui conduisent à la zone maritime constituée par deux petits points d'abordage et par des bassins destinès à l'elevage du poisson. Une série de vingt-cinq piliers formaient la protection de la villa contre le gros temps et les tempêtes.

À l'extrémité Sud du Parc on trouve un deuxième ensemble monumental. Le véritable tissu urbain constitué d'une rue au long de laquelle on peut remarquer des tavenes, un établissement thermale et une villa privée.

Cette villa dite à Protiro à cause du portique particulier qui se trouve devant l'entrée, a la planimetrie typique des Domus romaines.

Une séries de pièces qui s'ouvrent sur un atrium central à travers lequel la lumiére entre. Dans une des pièces on peutencore admirer un dallage mosaïque composé par des tesselles noires et blanches qui forment un décor géometrique hexagonal. Malheureusement nous ne connaissont que la structure centrale de cette villa parce que les nombreuses transformations opérées pendat les périodes successives ont été détériorées par leur proximité à la mer.